07 octobre 2014

Blut Aus Nord - Memoria Vetusta III Saturnian Poetry

blut-aus-nord-memoria-iii

Genre : Melodic Black metal
Année de sortie : 2014
Extrait à écouter

Cinq ans après Dialogue with the Stars, Blut Aus Nord nous offre le troisième volet de Memoria Vetusta : Saturnian Poetry. D'entrée, l'on reconnaît dans les mélodies et l'atmosphère développée la patte inimitable de Blut Aus Nord et de la trilogie Memoria Vetusta. L'album est donc dans la droite lignée de ce que l'on pouvait attendre pour cette suite. Pourtant, elle évoque aussi un retour au passé car l'on croirait parfois entendre un album des années 90. Les passages les plus folk/païens et leurs choeurs ne sont sans doute pas étrangers à ce sentiment de nostalgie. Au contraire, certains moments particulièrement aériens feraient presque penser à du post black, Blut Aus Nord marie ainsi un certain goût pour la tradition et quelque chose de plus fidèle à son côté avant-gardiste. Cette musique presque lumineuse par instants ne plaira pas à tout le monde mais, à mon sens, le groupe a su trouver le bon équilibre. Il développe une musique majestueuse et toute en subtilité mais n'oublie pas pour autant de sonner black metal. Le travail sur les guitares est particulièrement soigné et la seule chose que l'on pourra regretter se situe du côté de la batterie un peu trop synthétique et mise en avant. Memoria Vetusta : Saturnian Poetry est donc un excellent album qui succède parfaitement aux deux précédents volets.

Posté par Neblig à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26 juin 2012

Blut Aus Nord - The Work which Transforms God

Blut Aus Nord - The Work which Tranforms God
Genre : Avant-garde Black metal
Année de sortie : 2003
Extrait à écouter

Après un premier album teinté de mythologie nordique, Blut Aus Nord a évolué vers un black metal plus avant-gardiste avec The Mystical Beast of Rebellion, le présent album lui fait suite en 2003. The work which Transforms God est à la fois très black metal dans sa façon de poser une atmosphère sombre et putride mais aussi très différent de ce qui peut se faire traditionnellement. Le son des guitares est très torturé, très dissonant et les riffs qui se répètent ne peuvent que créer le malaise. Associée à une boite à rythme très rapide, cette distorsion nous plonge dans un monde profondément inhospitalier. Plusieurs pistes d’ambiant minimaliste parsèment l’album et constituent une sorte d’accalmie entre deux morceaux saturés mais l’ambiance psychotique ne relâche jamais son étreinte. Tout l’intérêt de ces compositions réside dans le travail du son, qui va très loin dans l’expérience du malsain, et les mélodies bien qu’inspirées se révèlent finalement secondaires. Le tempo est souvent très élevé mais certaines variations apparaissent également grâce à des passages mid-tempos, le très lancinant morceau de clôture Procession of the Dead Clowns est d’ailleurs pour moi le meilleur de l’album. The work which Transforms God représente un voyage dans des contrées où l’Homme ne semble pas avoir sa place. Je pense que pour apprécier pleinement son pouvoir hypnotique, il faut prendre le temps de s’immerger dans sa noirceur et n’y revenir qu’occasionnellement pour que ses émotions aliénées puissent s’immiscer dans notre esprit et nous contaminer, autrement l'écoute pourra s'avérer lassante.

Posté par Neblig à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,