09 février 2014

Hentgarm - Vermin

Hentgarm - Vermin

Genre : Melodic Black metal
Année de sortie : 2013
Extrait à écouter

Sorti en 2013, Vermin est le premier EP de Hentgarm. Le groupe, originaire de Nantes, propose un black metal plutôt mélodique et varié. Des passages acoustiques, un clavier timide ainsi que des envolées de guitare lead agrémentent des riffs plus traditionnels, épiques et efficaces. Les compositions sont bien construites, elles utilisent intelligemment la richesse de ces différents éléments et maintiennent l’attention de l’auditeur avec facilité. La production est également de qualité, ni trop sale ni trop aseptisée, elle offre le bon équilibre. Pour un premier Cd, Hentgarm propose donc avec Vermin un résultat très travaillé et qui ne souffre pas réellement de défaut dans son exécution. Seule l’ambiance et les émotions véhiculées restent peut-être un peu trop floues. Le groupe puise dans divers styles avec aisance mais manque encore d’un soupçon de personnalité pour se hisser parmi les meilleures sorties. Vermin est en tout cas un bon EP, d’une durée de trente-huit minutes, il permet de se faire une idée assez précise du potentiel du groupe.

Posté par Neblig à 17:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


02 février 2014

Crystalium - Par le sang, le feu et le fer - Baise de la charogne à l'ange

Crystalium - Par le sang, le feu et le fer

Genre : Atmospheric Black metal
Année de sortie : 2001
Extrait à écouter

Après une démo, Crystalium sort son premier album, Par le sang, le feu et le fer – Baise de la charogne à l’ange, en 2001. Le groupe joue ici un black metal atmosphérique et old school. Pour ceux qui connaissent les productions suivantes, cela pourrait s’avérer déroutant car ce premier full length est bien différent. Les claviers sont particulièrement mis en avant et le style se rapproche quelque peu de celui d’Osculum Infame. La musique évolue entre onirisme et violence et ne rompt jamais cet équilibre des contraires. Les morceaux sont tous d’excellente facture, difficile donc d’en détacher un en particulier mais Battalions of the Great Monarch m’apparaît tout de même comme le plus marquant, suivi de près par Svartalfar – Under the Blazon of European Fire. Ce premier album est une vraie réussite, le groupe maîtrise parfaitement ses compositions et parvient à dégager une atmosphère des plus envoûtantes. Même si De Aeternitate Commando est souvent cité comme le meilleur effort de Crystalium, je lui préfère pour ma part Par le sang, le feu et le fer – Baise de la charogne à l’ange. Comme je l’ai dit, cet album représente la frange la plus traditionnelle du black metal atmosphérique mais il sort aisément du lot de par ses qualités.

Posté par Neblig à 11:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 janvier 2014

Blessed In Sin - Eritis Sicut Dii

Blessed In Sin - Eritis Sicut Dii

Genre : Symphonic Black metal
Année de sortie : 2013
Extrait à écouter

Blessed In sin sort Eritis Sicut Dii en 2013, après neuf ans d’absence. Il s’agit du troisième véritable album du groupe. Les morceaux de black metal atmosphérique, voire symphonique, sont longs et particulièrement bien structurés. Children of Tiamat ou Hierophant, par exemple, sont majestueux. Les influences heavy sont assez bien amenées, sauf peut-être sur le début de Et le fruit du jardin pourrit, qui tranche avec les autres titres aux guitares plus planantes. Les interludes sont très nombreux parmi les dix-sept morceaux qui composent Eritis Sicut Dii. Ils permettent de renforcer l’aspect conceptuel de l’album par le biais de diverses voix narrées évoquant Lucifer ou d'autres thèmes mystiques. Cependant, ils peuvent aussi agacer car l’omniprésence  de ces textes déclamés s’instaure parfois au détriment du chant mélodique. Ils cassent le rythme de l’ensemble et l’allongent considérablement pour atteindre une heure et dix-huit minutes. Il est donc malaisé de juger de l’efficacité de ce choix structurel, l’atmosphère est indéniablement prenante mais l’album est difficile à assimiler d’une traite. On notera tout de même l’effort d’expérimentation du groupe sur le dernier titre, un mélange réussi d’electro et de metal. Eritis Sicut Dii, est un album assez déstabilisant, on adore ou on déteste, mais il démontre un travail soigné et une volonté d’apporter une vraie richesse musicale. Après une si longue attente, c’est d’autant plus appréciable.

Posté par Neblig à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 janvier 2014

Vintergeist - Nemossos

Vintergeist - Nemossos

Genre : Melodic Black metal
Année de sortie : 2014
Extrait à écouter

Vintergeist est un groupe auvergnat qui s’est séparé avant de renaître sous la forme d’un one-man band. La première démo, Nemossos, sort finalement en 2014. Vintergeist propose un black metal très mélodique, les guitares sont constamment mises en avant, passant d’une arabesque à l’autre en gardant comme ligne directrice une forte mélancolie. L’ensemble est homogène voire un peu redondant car les riffs se ressemblent mais l’on retient néanmoins quelques passages forts. Le barde solitaire et Il sombra dans l’oubli sont les deux meilleurs morceaux de l’album, les mélodies y sont prenantes et parviennent à être réellement hypnotiques. Le mid-tempo est la plupart du temps privilégié, la boîte à rythme n’est ainsi pas trop gênante même si, bien sûr, un son plus naturel aurait été plus agréable. Par ailleurs, la musique, malgré tout l’intérêt qu’elle porte à l'aspect mélodique, garde ce qu’il faut de violence, aidée en cela par un chant plutôt caverneux. Vintergeist signe donc avec Nemossos des débuts prometteurs. Les compositions gagneraient simplement à s’articuler autour de quelques riffs plus évidents. L’univers du projet, lui, est déjà bien défini puisque cette démo conte le passé auvergnat.

Posté par Neblig à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 janvier 2014

Malcuidant - Et les cieux s'assombrirent...

Malcuidant - Et les cieux s'assombrirent

Genre : Black metal
Année de sortie : 2013
Extrait à écouter

Et les cieux s’assombrirent… est le second album de Malcuidant. Il est d’abord sorti en 2011 puis il a bénéficié d’une réédition en 2013, dans une version réenregistrée. Malcuidant propose un black metal assez traditionnel, froid et mélancolique. Les riffs les plus tristes sont sans doute les meilleurs, comme ceux présentés sur Les cavées de la désolation ou bien Les noires lames de Seyr. Sur d’autres passages, les guitares sont plus incisives et chaotiques, elles peuvent surprendre de prime abord mais le groupe maîtrise finalement assez bien la construction de sa musique. Sur la première version, la boîte à rythme avait un son très pénible qui étouffait les morceaux et qui gâchait pour beaucoup le style assez old school de Malcuidant. La réédition permet d’entendre un véritable batteur, efficace et offrant de bonnes sonorités. Les compositions sont enfin mises en valeur ainsi que l’atmosphère qu’elles dégagent. De la même manière, l’ensemble paraît plus agressif sans forcément perdre en émotions. Et les cieux s’assombrirent… est un très bon album qui dévoile enfin tout son potentiel. Cela peut paraître anecdotique mais l'apport de la batterie permet vraiment au groupe de se hisser un cran au-dessus. En espérant que Malcuidant, désormais doté de ce nouveau line-up, puisse avancer plus librement pour la suite.

Posté par Neblig à 18:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


06 janvier 2014

Orakle - Tourments & Perdition

orakle_tourments_et_perdition

Genre : Progressive Black metal
Année de sortie : 2008
Extrait à écouter

Tourments & Perdition est le second album d’Orakle après Uni aux Cimes sorti en 2005. Le groupe reste fidèle au black metal progressif, les parties les plus atmosphériques s’enchaînent sans heurt avec les parties plus violentes. Quelques breaks plus proches du death font d’ailleurs leur apparition de temps à autre. Les voix, qu’elles soient extrêmes ou claires, sont parfaites dans leur rôle. On pense bien évidemment à Arcturus, l’influence est toujours largement présente, mais les paroles en français apportent tout de même quelque chose de plus personnel. L’ensemble donne l’impression d’être extrêmement maîtrisé, les vocaux comme je l’ai dit, mais aussi les compositions qui sont toutes intelligemment construites et efficaces. L’atmosphère manque peut-être parfois d’une touche de noirceur supplémentaire. Nous sommes bien sûr très loin des groupes true ou orthodoxes mais l’équilibre entre black metal et éléments plus progressifs est tout de même conservé. La production est bonne sans être trop lisse. Encore une fois, Orakle s’en sort bien et parvient à ne pas s’enliser dans un metal trop moderne et aseptisé. Tourments & Perdition est donc un excellent album, pour peu que l’on soit réceptif à ce genre de black metal sophistiqué.

Posté par Neblig à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 décembre 2013

Nyseius - Militiae

nyseius - militiae

Genre : Black metal
Année de sortie : 2010
Extrait à écouter

Militiae est le premier album de Nyseius, le groupe avait sorti une démo, Lueur d’une lune morte, six ans plus tôt. Nyseius joue un black metal froid et agressif. L’ambiance est parfois malsaine et oppressante lorsque le tempo ralentit et que le groupe ménage quelques breaks bien sentis. Cet aspect aurait pu être plus développé car Nyseius maîtrise très bien ces moments plus mélodiques qui sont surtout plus lugubres. Les quelques nappes de clavier laissent deviner une capacité à créer des mélodies grandiloquentes, proches des précurseurs du black metal atmosphérique voire symphonique. Cependant, Militiae reste avant tout un album très efficace et si les longs titres sont parsemés de quelques accalmies, la musique présentée ici apparaît surtout comme une machine de guerre lancée à l’assaut de l’ennemi dans une course inexorable. L’album est court, trente-cinq minutes, mais, hormis l’intro et l’outro plutôt dispensables, les quatre titres principaux sont tous d’excellente facture. Militiae est donc une bonne production mais l’on aurait aimé entendre quelques morceaux supplémentaires car le groupe a un véritable potentiel qui aurait pu lui permettre de mieux affirmer sa personnalité.

Posté par Neblig à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 décembre 2013

Aryos/Regnant and Thrall - A Celebration to Lilith Von Sirius

aryos-regnant-n-thrall-a-celebration

Genre : Symphonic/ Melodic Black metal
Année : 2008
Extrait à écouter

Aryos est un groupe de black metal avant-gardiste qui a notamment sorti un album, Maître des dominations cérébrales, en 2004. Regnant and Thrall a quant à lui sorti l’album Sex Polizei en 2003. A célébration to Lilith Von Sirius, le split qui les réunit, sort en 2008. Le premier morceau d’Aryos se présente comme une longue introduction faite d’une voix féminine et d’orchestrations parfois ponctuées d’un chant black. La composition est riche et majestueuse, tous les éléments y sont parfaitement maîtrisés. L’unique titre de Regnant and Thrall dure lui plus de dix minutes et propose un black metal mélodique assez classique mais très efficace. Le morceau joue beaucoup sur les répétitions et parvient rapidement à être hypnotique. Aryos clôture le split avec un titre qui se situe plus dans la veine du black metal symphonique, c’est sans doute ici que l’ambiance occulte est la plus palpable. Les deux groupes pratiquent donc des styles très différents et ne se rejoignent que d’un point de vue thématique : l’hommage à Diana Orlow alias Lilith Von Sirius. Cependant, cette hétérogénéité n’est finalement pas gênante. Le split permet de découvrir à la fois un groupe plutôt expérimental et un autre plus traditionnel, les deux étant d'excellente facture.

09 décembre 2013

Mors Aeterna - Behind the Majestic Mirror of Death

Mors-Aeterna-Behind-the-Majestic-Mirror-of-Death

Genre : Black metal
Année de sortie : 2008
Extrait à écouter

Parue en 2008, Behind the Majestic Mirror of Death est la première démo du projet solo Mors Aeterna. À l’écoute de ces compositions, l’idée qui vient tout de suite à l’esprit est que nous sommes en terrain connu. Mors Aeterna pratique un black metal très old school et cette impression est renforcée par la production très typée années 90. Cette dernière est en tout cas bien gérée et ne recèle que peu de défauts, malgré son aspect « fait maison ». De la même manière, les chœurs dans l’intro et l’outro ainsi que les cloches à la fin du titre Behind the Majestic Mirror of Death sont des éléments connus, de nombreux groupes ayant déjà samplé ce type de chants et de sons. Pourtant, cette démo ne m’apparaît pas comme un simple plat réchauffé. L’atmosphère est prenante, entre noirceur et spiritualité, et le tout est suffisamment bien dosé pour que l’univers du projet soit crédible. Les compositions tiennent également la route, le titre Mors Aeterna emportant ma préférence. Finalement, il n’y a pas grand chose à reprocher à ce premier essai. Pour ceux qui aiment rester dans la tradition, Behind the Majestic Mirror of Death est donc une démo à découvrir.

30 novembre 2013

My Darkest Dream - In Love with Misanthropia

My Darkest Dream - In Love with Misanthropia

Genre : Symphonic Black metal
Année de sortie : 1999
Extrait à écouter

My Darkest Dream a sorti une démo, Erotic Funeral, en 1997 puis un Ep, In Love with Misanthropia, en 1999 avant de disparaître. Le groupe propose un black metal symphonique très traditionnel mais néanmoins intéressant. Il est tout d'abord dommage de constater que le premier titre est seulement une introduction au clavier, l’EP ne totalisant que vingt minutes, il aurait été préférable d’offrir cinq morceaux complets. Le travail sur les mélodies est plutôt bon, même s’il manque à mon sens quelques accélérations. Les guitares se complaisent un peu trop dans le mid-tempo cependant, le chant est très efficace et soutient très bien ce choix de rythme. Les compositions, malgré une certaine redondance, sont finalement suffisamment inspirées et efficaces. L’ambiance rappelle un peu l’univers gothique mais cet aspect est bien moins développé que sur la démo précédente où le chant clair était présent et faisait clairement penser à certains groupes de batcave. My Darkest Dream n’est pas la meilleur formation du genre mais In love with Misanthropia devrait tout de même plaire aux nostalgiques du black metal symphonique tel qu’il était joué à la fin des années 90.