09 juin 2014

Cimetière - Le triomphe de la mort

Cimetière - Le triomphe de la mort

Genre : Atmospheric Black metal
Année de sortie : 2006
Extrait à écouter

Cimetière est un projet solo qui sort son premier album, Le triomphe de la mort, en 2006. C’est un black metal très atmosphérique mais également très artisanal qui nous est présenté ici. Une fois n’est pas coutume, je vais donc commencer par détailler les défauts de la production. Tout d’abord, la boîte à rythme est trop linéaire et sonne de manière artificielle, comme l'on peut s'y attendre. Le mixage laisse également un peu trop de place au clavier et cela se fait parfois au détriment des guitares. Le triomphe de la mort fait partie de ces albums enregistrés avec les moyens du bord, bourrés de défauts mais dont l’atmosphère fonctionne. Cimetière adopte un ton mélancolique et lugubre. Les thèmes morbides trouvent donc un écho évident dans la musique et cela permet de s’immerger facilement dans l’univers du projet. Le meilleur titre est sans doute Vanitas Vanitatum et Omnia Vanitas. La recette n’y est pas fondamentalement différente des autres morceaux mais les riffs tout comme la structure de la composition sont particulièrement efficaces. L’album est sans doute trop long, il dure plus d’une heure, car les mélodies se répètent beaucoup d’un titre à l’autre et peuvent devenir lassantes. Comme je l’ai dit plus haut, Le triomphe de la mort est une œuvre imparfaite. Elle possède, cependant, le charme des productions underground. À ce titre, son écoute vaut tout de même le détour, si du moins on parvient à mettre la main sur cet album oublié.

Posté par Neblig à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


02 juin 2014

Cebren-Khal - A Mass of Despair

Cebren-Khal - A Mass of Despair

Genre : Black/Doom metal
Année de sortie : 2010
Extrait à écouter

A Mass of Despair est le premier album de Cebren-Khal, il fait suite à la très bonne démo, Charon’s Path, sortie en 2005. Le groupe, originaire de Rennes, pratique une sorte de Doom/ Death qui aurait pu être tout à fait classique s’il n’était associé à quelques riffs de black metal. La musique est riche mais aussi très cohérente. Le groupe a étoffé son univers et l’on navigue simplement dans un monde très sombre, sans barrière stylistique. Certains passages se concentrent avant tout sur l’efficacité, c’est notamment le cas des sections les plus typiquement death. La production claire et puissante met en valeur cette agressivité. Puis, les guitares se font plus planantes et dévoilent un black metal atmosphérique de haute volée. Une voix claire fait également son apparition de temps à autre; elle est avant tout portée sur l’émotion et transpire la mélancolie. L’auditeur devra donc apprécier cette variété s’il veut pleinement saisir l’ambiance de cet album. Le black metal n’est peut-être pas le style le plus prépondérant ici, mais lorsque le groupe aborde ce registre, il propose des mélodies majestueuses et particulièrement prenantes. The Lunar Tragedy - Act 3: Experience of Downfall est sans doute le meilleur exemple de cette alchimie entre les divers genres du metal extrême. A Mass of Despair est un excellent album, très abouti et qui respire la maturité. Il n’y a pas de fausse note dans cette recette fourre-tout. Une certaine noblesse émane au contraire de ces compositions qui parviennent également à être touchantes.

Posté par Neblig à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 mai 2014

Noctem Cursis - Nocturnal Frost

Noctem Cursis - Nocturnal Frost

Genre : Symphonic Black metal
Année de sortie : 2014
Extrait à écouter 

Noctem Cursis s’est fait connaître avec l’EP Wrath of Winter en 2011. Le premier album des savoyards, Nocturnal Frost, parait trois ans plus tard. Le groupe reste fidèle au style de ses débuts et joue toujours un black metal épique et symphonique. L’atmosphère peut être guerrière mais aussi parfois plus intimiste et nostalgique car les guitares savent trouver l’équilibre entre violence et mélodie. Loïc Cellier (Belenos) s’invite sur Les rivages de la mort  pour quelques lignes de chant clair. C’est assurément  l’un des meilleurs titres, puissant et majestueux. L’album peut faire penser à de nombreux groupes norvégiens des années 90 comme Emperor ou Dimmu Borgir et la thématique de l’hiver renforce encore cet écho à la scène scandinave. Même si Noctem Cursis reste très ancré dans la tradition, Nocturnal Frost offre quelque chose de suffisamment abouti pour espérer construire son propre univers et ne sombre pas dans l’imitation pure et simple. Je regrette toutefois une chose : la production ne s’accorde pas vraiment à l’esprit de la musique. Des sonorités old school auraient donné un ensemble plus cohérent et mis en valeur le côté froid des compositions. Ce défaut concerne plus particulièrement la batterie qui possède un son trop synthétique. Elle pourra parfois se révéler agaçante pour ceux qui, comme moi, apprécient au contraire les productions plus organiques. Hormis cela, Nocturnal Frost est un album convaincant qui propose de bonnes compositions et une atmosphère prenante.

Posté par Neblig à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mai 2014

Hell - Obedience

Hell - Obedience

Genre : Black metal
Année de sortie : 2013
Extrait à écouter

Hell n’avait plus rien sorti depuis The Arrival of the Eternal Reign of Evil en 2007. Obedience, la nouvelle démo de ce projet solo, parait fin 2013. Les chansons sont plutôt courtes et possèdent un nombre restreint de riffs. Malgré cette simplicité, l’inspiration est présente, Hell va à l’essentiel et parvient facilement à retenir l'attention de l’auditeur. Les influences sont par contre plutôt variées et il est bien difficile de classer le projet dans un genre en particulier. Le titre Obedience, par exemple, s’écarte du black metal strict et propose quelque chose de plus entraînant. La ligne de chant principale y est particulièrement accrocheuse et, répétée à l’envie, elle montre que Hell frappe juste, même avec peu d’artifices. Plus mélodique et aérien, le dernier morceau est également l’un des meilleurs. La faible longueur de chaque chanson n’est donc pas un défaut ici, d’autant que la variété stylistique n’empêche pas l’ensemble de se dérouler naturellement. La durée totale de la démo, dix-sept minutes, nous laisse par contre un peu sur notre faim malgré la qualité des compositions.

Posté par Neblig à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 mai 2014

Malepeste - Malepeste

Malepeste - Malepeste

Genre : Black metal
Année de sortie : 2011
Extrait à écouter

Originaire de Lyon, Malepeste commence par sortir une démo en 2011. La première chose à noter est que la production est très réussie, claire sans être aseptisée, elle met bien en valeur les morceaux.  Le groupe utilise beaucoup les dissonances dans ses passages lents tandis que des guitares à la fois massives et entraînantes marquent les passages plus rapides. Les blast beats sont par contre un peu plus rares et cette alternance entre arpèges dissonants et riffs saccadés constitue finalement l’axe autour duquel s’articulent la plupart des compositions. Dunkel Sklave est peut-être l’exemple le plus marquant de ce schéma mais la qualité reste homogène le long des trente minutes de cette démo. Par ailleurs, le chanteur, s’il possède un timbre assez classique, se permet parfois quelques cris plus aigus et torturés. Toujours bien placés, ces derniers apportent des variations ainsi qu’une émotion bienvenues. L’intro et l’outro sont peut-être trop convenues, le groupe utilisant du dark ambient comme beaucoup d’autres, mais cela permet de casser un peu la routine des titres metal. La recette que j’ai évoquée plus haut étant légèrement répétitive. Cette démo constitue en tout cas un début prometteur pour Malepeste.

Posté par Neblig à 17:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 avril 2014

Dyster - Le cycle sénescent

Dyster - Le cycle sénescent

Genre : Melodic Black metal
Année de sortie : 2010
Extrait à écouter

Dyster est un one-man band mené par Nokturn que l’on peut également retrouver dans Ciel Nocturne ou Autarcie. Le cycle sénescent est le premier album du projet après plusieurs démos. D’emblée, la musique de Dyster frappe par sa mélancolie et cette émotion reste au cœur de chaque composition. On peut bien sûr relier les trois groupes car l’on reconnait la même emprunte personnelle dans chacun d’eux, le même goût pour les ambiances tristes. Cependant, Dyster pousse un peu plus loin dans l’exploration des sentiments négatifs et véhicule un vrai dégoût pour le monde. Le cycle sénescent n’est pas pour autant un album de black metal dépressif car les guitares restent suffisamment nerveuses pour s’ancrer dans le sous-genre mélodique. Des morceaux comme Hurle !, Le fruit pourri ou bien l’instrumental Freeways of Perdition sont particulièrement efficaces. Sweet Illness of Mine est une reprise de Lifelover qui ne s’éloigne pas énormément de l’original mais le titre s’intègre plutôt bien parmi les compositions de Dyster et ce même s’il est placé en milieu de disque. L’album est peut-être un peu long et difficile à écouter d’une traite car il dure environ une heure. Cependant, Dyster propose avec Le cycle sénescent, un univers fort et capable de toucher l’auditeur durablement.

Posté par Neblig à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 avril 2014

Cristalys - In Hoc Signo Vinces

Cristalys - In Hoc Signo Vinces

Genre : Melodic Black metal
Année de sortie : 2013
Extrait à écouter

In Hoc Signo Vinces est le second album de Cristalys ; Suréminence, le premier, était sorti en 2009. Cristalys joue toujours des riffs résolument mélodiques et épiques mais s'écarte peut-être encore plus volontiers du black metal traditionnel en privilégiant souvent des guitares plus heavy. Certains passages incorporent des éléments atmosphériques ou symphoniques et font finalement partie des meilleurs idées développées ici, notamment sur Sigilum Militum Templi ou bien le début de Mercenaires de l’ancien temps. Le titre La valse des martyrs est quant à lui assez surprenant puisqu’il s’agit d’une sorte de ballade metal où le chant clair prédomine. Cristalys s’en sort plutôt bien au milieu de ce foisonnement d’influences. Les styles abordés sont certes variés mais ils cohabitent de façon harmonieuse. L’on sent en tout cas qu’il s’agit d’un mélange mûrement réfléchi et cela donne à Cristalys un cachet personnel non négligeable. In Hoc Signo Vinces est un bon album, il prolonge le travail effectué sur Suréminence quatre ans plus tôt mais il construit également sa propre identité car le groupe reste fidèle à lui-même tout en instillant quelques touches nouvelles.

Posté par Neblig à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 avril 2014

Ars Moriendi - La singulière noirceur d'un astre

Ars Moriendi - La singulière noirceur d'un astre

Genre : Progressive Black metal
Année de sortie : 2014
Extrait à écouter

Après L’oppression du rien et Du tréfonds d’un être, La singulière noirceur d’un astre est le troisième album du one-man band clermontois, Ars Moriendi. Le projet reste ici fidèle à ses bases quoique les parties métalliques s’inscrivent peut-être encore plus qu’auparavant dans la mouvance black metal. Les chansons sont longues et ménagent de nombreuses accalmies où une voix murmurée fait son apparition. Ars Moriendi n’hésite pas, pour l’accompagner, à utiliser des sonorités plus progressives qui s’éloignent de ce que proposent la plupart des groupes dans leurs breaks ambiants ou acoustiques. Difficile de décrire l’univers du projet, les passages torturés succèdent à des moments faussement sereins. Cette dualité n’est pas seulement due à l’alternance entre passages saturés et non saturés, la musique brouille les pistes et suscite des émotions variées, comme un recueil de différents états d’âme. Ce côté instable est donc bien plus un atout qu’un défaut d’autant qu’il crée une certaine tension qui met finalement en valeur les passages ou les thèmes les plus sombres. La singulière noirceur d'un astre est un très bon album mais il nécessite plusieurs écoutes pour être pleinement assimilé car de prime abord les compositions peuvent paraître trop étirées et les mélodies un peu plates et banales. Ars Moriendi a, en tout cas, le mérite de développer une recette personnelle et ce depuis ses débuts.

26 mars 2014

Mortis Mutilati - Sombre Neurasthénie

Mortis Mutilati - Sombre Neurasthénie

Genre : Melodic Black metal
Année de sortie : 2012
Extrait à écouter

Sombre Neurasthénie est le premier album de Mortis Mutilati, un one-man band originaire d’Île-de-France. L’univers du projet est centré sur les souffrances et la mort, l’ambiance s’en ressent et l’émotion qui se dégage le plus souvent des morceaux est la mélancolie. Le black metal dépressif n’est pas loin, justement d’un point thématique mais aussi parce que l’accent est mis sur l’atmosphère. Pourtant la musique proposée sur Sombre Neurasthénie est plutôt riche et variée. La guitare lead offre de très belles mélodies tandis que des breaks acoustiques ou des voix féminines parsèment certains titres. Mortis Mutilati, avec ses neuf minutes, est certainement le meilleur exemple du travail de composition dont est capable le musicien. Même si le mid-tempo est privilégié et que nous sommes loin des groupes les plus agressifs, Mortis Mutilati développe malgré tout une certaine noirceur qui reste bien ancrée dans les codes du black metal. Sombre Neurasthénie offre un travail soigné et une personnalité intéressante, ce qui constitue déjà une belle réussite pour un premier album.

Posté par Neblig à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 mars 2014

Aosoth - IV: An Arrow in Heart

Aosoth - IV

Genre : Black metal
Année de sortie : 2013
Extrait à écouter

IV: An Arrow in Heart est, comme son nom l’indique, le quatrième album d’Aosoth. Dès la première écoute, l’on sent que le groupe a évolué et qu’il ne va pas sombrer dans la copie de l’album précédent comme on pouvait le craindre. Certes, l’ambiance est reconnaissable, toujours aussi malsaine, mais les compositions sont plus ouvertes à d’autres styles, plus variées. Là où la violence du troisième album était étouffante, ici la musique est un peu plus aérée. En témoigne le break du premier titre, An Arrow in Heart, fait de percussions et qui se veut plutôt calme. L’atmosphère générale est d’ailleurs plus spirituelle et introspective qu’auparavant. Pour autant, beaucoup de passages restent typiques du groupe avec des riffs bruts et sans concession. Aosoth signe donc avec IV: An Arrow in Heart un bon compromis entre une évolution nécessaire dans sa méthode d’écriture et la préservation de son identité. Par ailleurs, l’album semble très travaillé et les morceaux ne souffrent pas de longueurs, même lorsqu’ils sont très étirés et dépassent les dix minutes. En s'écartant légérement de la voie tracée par III Violence & Variations, Aosoth réussit finalement à égaler son prédécesseur en termes de qualité.

Posté par Neblig à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,