Diabolus in Musica

19 novembre 2017

Heir - Au peuple de l'abîme

Heir_2017_AuPeupleDeLAbime_cover

Genre : Post Black metal 
Année de sortie : 2017 
Extrait à écouter 

Au peuple de l'abîme est le premier album de Heir. Difficile de décrire la musique de cette jeune formation, car elle se situe au carrefour de plusieurs genres. Les morceaux alternent passages black metal massifs, inspiration plus proche du post black metal et quelques touches de sludge. L'ensemble est incontestablement moderne et l'on reconnaît les sonorités chères au label Les acteurs de l'ombre. Heir propose toutefois un univers très personnel qui parvient sans peine à se détacher d'autres formations issues de la même scène. La variété des effets présents sur Au peuple de l'abîme crée une dynamique dans les structures de composition et réussit parfaitement à maintenir l'attention de l'auditeur. Si l'atmosphère a quelque chose de dépressif, voire de contemplatif par certains moments, elle est mise en valeur par contraste avec l'énergie qui se dégage de la plupart des riffs. C'est notamment le cas sur Cendres et son sublime passage acoustique. Au peuple de l'abîme est un excellent album. Son côté très maîtrisé et sa production presque clinique n'empêchent pas l'émotion de poindre au détour de certaines mélodies. Là, sans doute, se situe sa force.

Posté par Neblig à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 octobre 2017

Merrimack - Omegaphilia

Merrimack_2017_Omegaphilia_cover

Genre : Black metal 
Année de sortie : 2017 
Extrait à écouter

Omegaphilia est le cinquième album de Merrimack. D'emblée, les compositions semblent moins arides que sur The Acausal Mass, car la guitare lead distille des mélodies entêtantes et nous éloigne quelque peu du black metal dit orthodoxe où les dissonances prédominent. Pour autant, Merrimack garde une haine intacte et chaque morceau propose des riffs d'une grande intensité. La production est plutôt claire, mais ne nuit pas particulièrement à l'expression d'une certaine rage. Elle montre toutefois la finesse des riffs et des atmosphères qui se construisent tout au long de l'album. Alors qu'Omegaphilia s'ouvre sur une ambiance ritualiste des plus réussies, At the Vanguard of Deception, le dernière titre, se déploie sur neuf minutes et offre des choeurs de toute beauté sur son final. Omegaphilia est un excellent album. Il synthétise en quelque sorte ce que le black traditionnel et le black moderne peuvent avoir de plus froid et vénéneux. Et s'il y a quelque chose de viscéral dans la musique de Merrimack, la richesse des compositions proposées ici donnent une indéniable impression de noblesse. 

Posté par Neblig à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juillet 2017

Esoctrihilum - Mystic Echo from a Funeral Dimension

IVR079 ESOCTRILIHUM - Mystic Echo From A Funeral Dimension

Genre : Atmospheric Black metal 
Année de sortie : 2017 
Extrait à écouter 

Mystic Echo from a Funeral Dimension est le premier album d'Esoctrihilum. Ce projet solo nous plonge dans un black metal atmosphérique très inspiré des années 90. Les compositions ont toutefois un aspect éthéré qui puise dans les groupes plus récents qui aiment étirer leurs mélodies. De très beaux passages acoustiques sont parsemés ça et là. Une voix caverneuse se rapprochant des timbres du doom/death nous entraîne également dans des passages plus sombres et violents. Les morceaux approchent souvent les dix minutes et explorent de nombreux thèmes et variations. L'ensemble est très travaillé, mais il laisse place à des fulgurances qui montrent également une certaine spontanéité. Il n'y a pas réellement de titre qui se détache des autres, ni de riff phare qui serait plus entraînant que les autres. Cela n'est pas forcément un défaut, Mystic Echo from a Funeral Dimension est un voyage qu'il vaut mieux entreprendre du début jusqu'à la fin pour être pleinement saisi de son atmosphère. Esoctrihilum signe un excellent premier album où tous les éléments semblent se mettre en place naturellement pour créer une ambiance majestueuse. La musique et l'univers riches de ce projet français ont donc tout pour convaincre. 

29 juin 2017

Karne - Symposium of Torments

Karne-Symposium-Of-Torments-CD-DIGIPAK-58979-1

Genre : Black metal 
Année de sortie : 2017 
Extrait à écouter

Symposium of Torments est le second album de Karne après Faith in Flesh. Le groupe lorrain joue un black metal traditionnel. Sans être particulièrement portées sur les sonorités crades, les compositions apportent quelque chose d'old school qui se révèle très plaisant. La musique de Karne est toutefois extrêmement mélodique. Malgré ce feeling un peu raw, la guitare lead est constamment à l'honneur. Ses accents plaintifs sont entêtants et n'enlèvent rien à la hargne que distillent chant et batterie. Si False King Coronation et Ave patria, Morituri te salutant font partie des titres les plus accrocheurs, chacun a son lot de variations qui lui permettent de trouver le ton juste. Karne évite habilement l'écueil des mélodies qui tournent en rond jusqu'à l'indigestion et trouve toujours le moyen de rebondir d'une séquence à l'autre. Symposium of Torments est donc un très bon album. S'il n'offre rien de novateur, Karne propose un black metal percutant et inspiré et c'est bien tout ce qu'on lui demande. 

Posté par Neblig à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 juin 2017

Acedia Mundi - Speculum Humanae Salvationis

Acedia Mundi

Genre : Black metal
Année de sortie : 2017 
Extrait à écouter

Speculum Humanae Salvationis est le premier album d'Acedia Mundi. Le groupe use parfois des mélodies traditionnelles du black metal, mais ce sont surtout les dissonances proches de Deathspell Omega qui prédominent sur l'ensemble des compositions.Le tempo est élevé et le déferlement de violence quasi permanent. Ce parti pris sans concession trouvera à n'en pas douter ses partisans, car les compositions sont solides. Des titres comme Ab-jection ou From Sodom to Magog ont leur lot de riffs efficaces et bien sentis. Quelques accalmies sont tout de même à dénombrer, comme l'introduction de The Saddist is the Saddest où se mêlent chant grégorien et voix parlée. Il a quelque chose de malsain et dérangeant dans l'atmosphère de Speculum Humanae Salvationis, mais le choix de production amène également un aspect froid et clinique. Ce n'est assurément pas mon genre de prédilection et l'ambiance me laisse parfois de marbre. Toutefois, je reconnais volontiers qu'Acedia Mundi a fourni un très bon travail sur ce premier album. Alors si vous êtes sensibles aux univers torturés et modernes à la fois, n'hésitez pas à découvrir Speculum Humanae Salavationis. 

Posté par Neblig à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22 mai 2017

Darkenhöld - Memoria Sylvarum

Darkehold

Genre : Atmospheric Black metal 
Année de sortie : 2017 
Extrait à écouter

Memoria Sylvarum est le quatrième album de Darkenhöld. La musique se fait plus aérée que sur les sorties précédentes, moins violente aussi. Elle laisse une place plus importante à la guitare acoustique. Les riffs épiques ne sont pas abandonnés pour autant et les changements de rythme, entre moments contemplatifs et passages entraînants, créent une dynamique intéressante. Ruines scellées en la vieille forêt fait partie des morceaux les plus sombres, la plupart jouent avec les contrastes comme Sous la voûte de chênes, Clameur des falaises ou Présence des orbes. L'on retrouve sur Memoria Sylvarum les choeurs et les soli du premier album, mais les sonorités sont plus organiques et l'atmosphère bénéficie grandement de cet apport. Castellum reste mon album favoris de la discographie de Darkenhöld, cependant je salue la capacité du groupe à nous proposer des ambiances différentes à chaque fois. Alors même que les musiciens restent fidèles à leur univers, Echoes from the Stone Keeper était plus baroque et Castellum médiéval. Memoria Sylvarum est presque romantique dans sa façon d'évoquer la nature et la forêt, tandis que ses guitares mêlent black metal des années 90 et influences heavy. J'ai peut-être mis plus de temps à entrer dans la danse cette fois-ci, mais au fil des écoutes, la magie se révèle. Memoria Sylvarum témoigne d'une inspiration toujours vivace et respire l'authenticité.

Posté par Neblig à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 mars 2017

Ende - Emën Etan

Emën_Etan_2017

Genre : Raw Black metal 
Année de sortie : 2017 
Extrait à écouter

Emën Etan est le troisième album d'Ende. Le groupe nous offre une nouvelle fois des compositions très raw et la production suit bien sûr par des choix de sonorités brutes. Il n'y a pas tant d'albums qui s'engagent dans cette voie à l'heure actuelle et Ende nous replonge avec bonheur dans le black metal sans fioriture qui jaillissait dans les années 90. Pour réussir à captiver l'auditeur dans ce genre dépouillé, il faut choisir ses riffs avec minutie, pour ne pas voir pointer l'ennui. Emën Etan s'en tire admirablement. Certaines mélodies me rappellent les vieux Shining, dans le sens où quelques notes suffisent à créer une impression de malaise. Les intros et interludes sont également de toute beauté. Très classiques dans les éléments choisis, de l'orage aux choeurs religieux, ils sont toujours justes dans l'ambiance qu'ils entendent construire. Et c'est finalement ainsi que l'on pourrait résumer le travail d'Ende : Ne retenir que l'essentiel, ce qui permet d'aller au fond des choses, d'explorer la noirceur sans détour. A la fois travaillé et respirant la spontanéité, Emën Etan est une franche réussite.

Posté par Neblig à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 février 2017

Au champ des morts - Dans la joie

Au champs des morts

Genre : Atmospheric black metal 
Année de sortie : 2017
Extrait à écouter

Dans la joie est le premier album d'Au champ des morts. Le groupe avait déjà présenté Le sang, la mort, la chute sur l'Ep Le jour se lève paru en 2016. Cet excellent titre, accompagné d'un autre morceau qui n'est pas repris ici, avait suscité une certaine attente. Au champ des morts comble avec cet album les espoirs que j'avais placés en lui. Dans la joie propose un black metal atmosphérique où les mélodies se font planantes et transpirent la mélancolie. Il y a quelque chose de très aérien dans les sonorités, une brume qui enveloppe de tristesse l'auditeur. Pourtant, Dans la joie ne ressemble guère à du dépressif ou du shoegaze et c'est finalement dans le black metal des années 90 que l'album nous replonge. Malgré une batterie légèrement synthétique, l'on retrouve ici l'équilibre entre violence et désespoir qui faisait le charme de cette scène et de cette époque, où d'ailleurs des français comme Osculum Infame brillaient. Le chant clair est de toute beauté. A la fois théâtral et émouvant, il rappelle Anorexia Nervosa ou Forbidden Site et tisse une atmosphère désenchantée. Le dernier morceau, La fin du monde, s'éloigne du black metal pour glisser vers une coldwave entêtante où le chant féminin se transforme en invocation. Dans la joie est un excellent album qui développe ce qu'il y a de plus captivant dans le black metal atmosphérique. 

Posté par Neblig à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 janvier 2017

The Great Old Ones - EOD: A Tale of Dark legacy

The-Great-Old-Ones-EOD-A-Tale-Of-Dark-Legacy-53325-1_1

Genre : Atmospheric Black metal 
Année de sortie : 2017 
Extrait à écouter 

EOD: A Tale of Dark Legacy est le troisième album de The Great Old Ones. Le groupe reste fidèle à Lovecraft et propose cette fois-ci une suite au Cauchemar d'Innsmouth. La batterie est assez agressive et l'atmosphère légèrement plus malsaine que sur les deux albums précédents. Certains passages flirtent avec le death metal, même si dans l'ensemble la formation bordelaise brouille toujours les frontières entre black et post black metal. Cette violence est bienvenue pour soutenir les guitares aux mélodies éthérées. Il y a toujours comme un flou, l'impression que les instruments ont été enregistré dans une pièce lointaine, mais l'aggressivité contrebalance en partie cet effet que je n'apprécie guère, il faut bien le reconnaître. L'album offre en tout cas de très bons morceaux. Shadow over Innsmouth est parmi les plus efficaces. L'introduction au violoncelle de Mare Infinitum est de toute beauté et la suite développe une atmosphère vraiment envoûtante. EOD: A Tale of Dark Legacy est selon moi le meilleur album de The Great Old Ones à ce jour. 

04 décembre 2016

Worhs - Partir/Détruire

Wohrs

Genre : Black metal 
Année de sortie : 2016 
Extrait à écouter 

Partir / Détruire est le second album de Worhs. Il fait suite à Le temps des blasphèmes sorti en 2014. Ce qui fait assurément la beauté de Partir/ Détruire, c'est l'utilisation de la guitare sèche. L'élément est assez courant dans les breaks et interludes de divers groupes de black metal. Worhs a cependant une démarche un peu plus singulière, car la guitare acoustique s'invite souvent dans les méandres des guitares saturées. La production est très bien équilibrée et permet de joindre la clarté et la puissance des deux instruments. Le français est également à l'honneur puisque quelques discours s'invitent au coeur de la musique en plus du chant hurlé. Certains trouveront ces digressions ennuyeuses d'autres captivantes. L'ossature black metal de l'album est en tout cas suffisamment solide pour contenter tout le monde, y compris ceux qui seraient allergiques aux passages narrés. Bien que les riffs présentés ici ne soient pas particulièrement malsains ou sombres, il ressort finalement une grande mélancolie de Partir / Détruire. Un très bel album qui tisse une atmosphère originale et envoûtante. 

Posté par Neblig à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,